1969

Les 4 desperados

1910

Réalisé par Julio Buchs (1969). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Cette superbe affiche signée par Jean Mascii, introduit au public les 4 terribles desperados qui vont certainement causer beaucoup de problèmes au vertueux Ernest Borgnine – c’est ce que nous vend l’accroche en tous cas 😉 -.

En effet, la construction graphique de cette affiche emprunte les codes traditionnels du Western spaghetti, dont le cadrage à l’américaine des 4 cowboys armés jusqu’aux dents avec des mines patibulaires, le plan serré sur le visage d’Ernest Borgnine et les polices des caractères du titre et de l’accroche peints en rouge sang.

On peut remarquer le jeu exécuté par l’affichiste sur les axes et les directions des regards des personnages et des flingues, qui se croisent ou s’évitent dans un quadrillage complexe et certainement codé socialement qui annoncent le duel mortel inévitable de fin de film, climax nécessaire obligatoire au genre.

La distribution internationale du film compte en plus de la vedette américaine, des noms soit locaux espagnoles et italiens, soit américanisés comme George Hilton, Annabella Incontrera, Alberto de Mendoza, Leo Anchóriz, Gustavo Rojo et Antonio Pica.

Le retour de Frankenstein

1844

Réalisé par Terence Fisher (1969). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Cette affiche anonyme au grand format américain 6-sheet, est très intéressante par la complexité et la force de l’ambiance qu’elle dégage.

Tout d’abord le format natif de l’affiche, 2 mètres sur 2 mètres, en impose et permet d’entourer le centre de la composition par une large marge périphérique blanche. Dans cette frange en haut à droite, se dégage en lettres majuscules  noires le nom du fameux baron Frankenstein, premier mot du titre.

La partie centrale se détache par un fond noir profond qui permet de jouer sur un contraste puissant avec le contour de l’affiche. Les éléments qui s’installent sur cette obscurité oppressante, nécessitent une lecture attentive pour comprendre la clé du message qui n’apparait pas immédiatement. En effet, dans la plupart des visuels d’affiches de la Hammer dans la série des Frankenstein, le personnage mis en avant est la créature que le baron créé (voir Frankenstein s’est échappé, l’empreinte de Frankenstein, Frankenstein créa la femme ou encore les horreurs de Frankenstein) alors qu’ici, il est choisi de présenter le vrai monstre de l’histoire c’est à dire Frankenstein lui-même. Son visage est subtilement divisé en trois parties dont celle centrale est le reflet d’un écorché sur une large scie au manche de bois. Au dessus le crâne disparait pour laisser apparaître les circonvolutions du cerveau du savant, siège de sa folie. Enfin le bas du visage est réel éclairé par la même lumière verdâtre qui illumine le cerveau, la victime à droite accoudée au dos de la scie et à la main qui tient une seringue avec une chevalière aristocratique au petit doigt.

La fin du titre Must be destroyed est peinte en gras avec la couleur verte comme la phrase d’accroche qui confirme le choix de représentation du baron dans ce visuel : The good Dr. frankenstein more monstruous than the monsters he created!

Peter Cushing, Veronica Carlson, Freddie Jones, Simon Ward, Thorley Walters et Maxine Audley partagent les honneurs sur la ligne dans la marge du bas réservée à la distribution des acteurs.

La vengeance du shérif

Réalisé par Burt Kennedy (1969). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Comment mieux terminer ce cycle qu’avec le nom du Grand Robert Mitchum, à l’affiche de ce Western intitulé en version originale Young Billy Young.

Cette affichette non signée, adopte une composition traditionnelle basée sur plusieurs plans qui présentent certaines scènes attirantes du film.

On retrouve dans cette belle composition en forme de tornade, quelques symboles du Far West comme la diligence au galop, la rixe virile, le Shérif qui porte une danseuse sur son dos ;-), le cowboy en train de viser avec sa Winchester et enfin le portrait de Bob la star tout en haut, qui supervise les débats sur un fond rouge vif qui attire le regard.

Le dessin représente avantageusement les acteurs de la distribution fort intéressante de ce film qui compte :

  • Angie Dickinson
  • Robert Walker
  • David Carradine
  • Jack Kelly
  • John Anderson

Une corde, un Colt…

Réalisé par Robert Hossein (1969). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Une corde, un colt et un beau paquet de problèmes !

Minimaliste, étrange et inquiétante … telle est cette affiche signée par Guy Gérard Noël.

La corde nouée en l’air qui attend le cou du condamné et le colt en majesté au premier plan, donnent la première impression sévère et grave de la composition. Ces deux éléments sont représentés telle une nature morte qui attend un public pour un évènement hautement solennel.

Les portraits des acteurs principaux, Robert Hossein et Michèle Mercier, flottent dans le ciel à droite fixant sérieusement du regard le spectateur. Enfin une horde sauvage ou non, chevauche vers le premier plan et annonce des règlements de comptes à l’amiable, des discussions musclées entre cowboys au coin du feu de camp et des échanges de poings de vue sur des sujets toujours philosophiques comme :

L’accompagnement à la fin de vie ou la rédemption sociale par la châtaigne

Guy Gérard Noël réussit dans cette affiche une superbe quadrichromie de rouge, marron, bleu et noir qui apporte chacun une symbolique qui s’appuie sur sa voisine pour fusionner en un tout expressif. Le noir du pistolet fait référence à la mort, le bleu évoque les ombres d’un crépuscule froid, le rouge la passion, le sang et la violence qui déchire un fond indéfini marron.

Guido Lollobrigida sous le nom de Lee Burton, Daniel Vargas, Serge Marquand, Pierre Hatet, Philippe Baronnet, Pierre Collet, Ivano Staccioli, Béatrice Altariba, Michel Lemoine et Anne-Marie Balin font parti de cette longue distribution richement créditée, ce qui est assez rare pour être noté et cité dans son ensemble.

On achève bien les chevaux

Réalisé par Sydney Pollack (1969). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Pour l’affichette japonaise de ce film, la boule à facettes est reprise et les visages des deux personnages dessinés très finement, se reflètent au milieu d’éclats colorés.

Le couple de stars s’étreint au premier plan et le speaker ouvre les bras vers le ciel devant son instrument de pouvoir qu’est le micro…

Difficile de trouver la signature de l’affichiste en japonais 😉 Avis aux lecteurs en japonais 🙂

Les acteurs principaux de cette compétition effrénée sont :

  • Michael Sarrazin
  • Susannah York
  • Gig Young
  • Red Buttons
  • Bonnie Bedelia.

On achève bien les chevaux

Réalisé par Sydney Pollack (1969). Toutes les informations sur ce film sur imdb

L’affichette de ce film est signée par le même affichiste que la grande. Boris Grinsson change le dessin et opte pour une composition autour d’une boule à facettes. Sur cet élément, se reflètent les images des danseurs qui laissent éclater leur douleur.

Les lumières multicolores dansent dans la pièce plongée dans le noir. Le speaker se trouve tout en bas du dessin et harangue la foule grâce à son micro. L’ambiance est posée, la danse peut commencer…

La compétition est ouverte et les concurrents principaux sont :

  • Michael Sarrazin
  • Susannah York
  • Gig Young
  • Red Buttons
  • Bonnie Bedelia.

On achève bien les chevaux

Réalisé par Sydney Pollack (1969). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Boris Grinsson joue avec l’ombre et la lumière pour donner une ambiance glaciale à cette affiche. En effet, tel un tableau, elle se compose de plusieurs sujets disposés habilement dans trois plans délimités par des jeux de lumière.

Au fond, un personnage fantomatique se détache dans le noir de façon inquiétante.

Situé dans le centre de l’affiche, le visage de Jane Fonda, éclairé par la source principale en haut à gauche, regarde dans le vide.

Venant du premier plan du spectateur, le bras d’un homme en costume, pose son revolver sur la tempe de l’actrice de façon impressionnante.

Le reste de la distribution se compose de Michael Sarrazin, Susannah York, Gig Young, Red Buttons et Bonnie Bedelia.

Les naufragés de l’espace

Réalisé par John Sturges (1969). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Affichette intéressante non signée mais tirée d’un visuel original de Howard Terpning, pour nous donner envie de faire un tour dans l’espace où la situation ne s’annonce pas du tout tranquille avec Gregory Peck, Richard Crenna, James Fransiscus, David Janssen, Gene Hackman, Lee Grant et Nancy Kovack.