1971

La folie des grandeurs

1654

Réalisé par Gérard Oury (1971). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Le modèle B de l’affiche de cette comédie classique française des années 70’s est signée trois fois avec humour par Cris.

La composition est organisée en triptyque horizontaux, qui individualisent chaque scène séparée de son adjacente par un cadre rouge. Les deux acteurs principaux du film, Louis de Funès et Yves Montand, sont représentés dessinés avec un collage photo sur leur visage, dans un duo d’opposition qui annonce la mécanique humoristique du film.

La première scène à gauche représente Yves Montand assis par terre devant le buste antique romain très solennel de LOUIS II FUNES en s’exclamant avec malice : Louis de Funès… Il a la folie des grandeurs !

Au milieu, le corps immensément haut vêtu de rouge d’Yves Montand, domine exagérément la petite taille de Louis de Funès, affublé d’un manteau long vert bien trop grand pour lui, qui déclare en réponse au première cadre : Yves Montand… Il a la folie des grandeurs !

Enfin à droite les deux se retrouvent hilares l’un derrière l’autre enserrés par des cordages – faisant référence à la scène finale d’emprisonnement du film – et assènent au réalisateur en guise de conclusion un Gérard Oury… Il a fait un film fou à lier !

Ce modèle de l’affiche ne fait apparaître en plus des trois cadres dessinés que le titre du film, sans citer l’excellente distribution qui apporte du piment à cette excellente comédie, dont Alice Sapritch, Karin Schubert, Venantino Venantini, Alberto Mendoza, Paul Préboist, Eduardo Fajardo, Antonio Pica, Joachim Solis, Don Jaime de Mora y Aragón – quel nom prédestiné 😉 – et Slvatore Borghese font partie.

Les amazones du désir

1698

Réalisé par Al Adamson (1971). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Appel aux spécialistes de la lecture des signatures d’artistes, pour trouver l’affichiste dessinateur de ce visuel tiré de la version américaine du visuel. Premier travail trouver la signature dans les deux affiches – elle est au même endroit – et deuxième tâche, décoder le nom de l’affichiste.

Voici l’affiche américaine :

lesamazonesdudesir-USA

Et voici l’image de la signature agrandie :

lesamazonesdudesir-USA-signature2

La phrase d’accroche est sans ambiguïté et instaure l’atmosphère du film : elles osent faire ce que d’autres femmes rêvent de faire. Ce qui serait intéressant de connaître ce sont les rêves de ces autres femmes… Parce que l’aperçu, immortalisé sur cette affiche, de ce que font les amazones de ce film donne la chair de poule – sans mauvais jeu de mots – et tout particulièrement la fourche brandie de façon menaçante, par la brune aux cheveux longs du milieu.

Comme on s’en doute au doux son mélodieux du titre, les hommes vont certainement prendre cher, à l’image de ce moustachu qui ne porte pas la joie sur son visage marqué au fer rouge par un croix au milieu de son front. Les autres demoiselles n’ont pas l’air plus avenantes, l’une avec un fouet, une autre avec un fusil ou bien une dernière à cheval trainant un cowboy derrière elle, attaché par un lasso.

Le Span Ranch – dont la localisation de tournage semble être le réel Spahn Ranch rendu tristement célèbre par le criminel Charles Manson – va être le théâtre des  aventures érotiques inhabituelles de ce Western avec Lon Chaney Jr., Russ Tamblyn, Jennifer Bishop, A’leisha Brevard, Geoffrey Land, Leslie McRay, Nesa Renet, Don Epperson et R. Michael Stringer.

Le dernier train pour Frisco

J1258

Réalisé par Andrew V. McLaglen (1971). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Cette superbe affiche de Western est signée par Jean Mascii et présente – on pourrait dire en majesté – l’acteur principal de ce film : George Peppard.

En effet le dessin magnifique de l’affichiste représente au centre de la composition, l’acteur blond avec une moustache brune 😉 habillé en cowboy, qui pointe son revolver vers le spectateur avec un visage concentré et sûr de lui.

L’arrière plan qui est peint en jaune désert avec des éclats lumineux blancs, rappelle la couleur de cheveux de l’acteur emblématique et suggère l’ambiance traditionnelle des Westerns américains.

En dessous du personnage principal, un train typique du Far West, tiré par une locomotive à vapeur d’époque, est attaqué par un bande de cavaliers qui chevauchent en tête de son tracé .

Trois couleurs dominent la composition :

  • le jaune lumineux qui rappelle le sable du désert étincelant sous un soleil de plomb
  • le rouge du foulard de l’acteur principal
  • le noir de la locomotive et du colt

Cette dernière couleur est utilisée aussi pour écrire le titre du film et les noms des acteurs Diana Muldaur, John Vernon, France Nuyen, Steve Sandor, Soon-Tk Oh, Richard Loo, Robert Donner, John Doucette, Marie Windsor, Harry Carey Jr. et Hal Needham de la distribution.

Quand siffle la dernière balle

1820

Réalisé par Henry Hathaway (1971). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Cette affiche non signée met en avant la star de ce Western, Gregory Peck, en photo au milieu de la composition.

La vedette est représentée mal rasée avec un chapeau noir, le révolver à la main prêt à tirer. Et il semble que la sommation soit nécessaire vers les trois cowboys dupliqués en trois images déformées en noir et blanc au premier plan. Eux aussi ont leur colt ou leur carabine en pogne et il y a de grandes chances qu’ils ne soient pas partis à la chasse aux lapins.

Le titre écrit en gras et en rouge produit un bon contraste avec le tour bleu nuit et le fond blanc majoritaire de l’affiche. Le casting composé entres autres de Patricia Quinn, Robert F. Lyons, Susan Tyrell, James Gregory, Rita Gam, DawnLyn, Paul Fix, Pepe Serna et Jeff Corey est écrit plus traditionnellement en noir.

Les diamants sont éternels

J1290

Réalisé par Guy Hamilton (1971). Toutes les informations sur ce film sur imdb

L’affiche pour la ressortie du film les diamants sont éternels illumine la composition de sa lumière cristalline en mille éclats qui proviennent du satellite surgissant de l’espace infini noir profond telle une boule à facettes plate stratosphérique.

Le personnage central est bien sûr le héros autour duquel le scénario gravite, James Bond soutenu en apesanteur par deux sublimes sirènes brune et blonde vêtues de combinaisons spatiales technologiquement à la pointe de la légèreté, qui brassent à pleines poignées des poussières d’étoiles cristallines hors de prix.

Le bras géant télécommandé du petit robot sonde astronaute, extrait grâce à sa pince ce trio de choc et de charme, de la scène de combat représentée en deuxième plan. Cette dernière est exprimée de manière traditionnelle à la franchise 007, avec des explosions telluriques sur une plateforme offshore, provoquées par des hélicoptères de combat en escadrille et des hommes grenouilles flottants dans le ciel – il ne faut pas chercher midi à quatorze heures car l’océan et le ciel sont de la même couleur : bleu -.

Le cosmonaute et seul vrai capitaine à bord, Sean Connery va tantôt affronter ou servir la galerie légendaire des personnages de ce film interprété par Charles Gray, Jill St. John, Lana Wood, Bruce Cabot, Jimmy Dean, Putter Smith, Bernard Lee, Desmond Llewelyn, Lois Maxwell.

Les diamants sont éternels

J1076

Réalisé par Guy Hamilton (1971). Toutes les informations sur ce film sur imdb

L’affichette de ressortie au format 40*60cm non signée des Diamants sont éternels est composée très traditionnellement de l’emblèmissime Sean Connery, qui endosse pour la dernière fois officiellement – il reprendra en 1983 le rôle dans Jamais plus jamais, mais cet opus ne fera pas partie de la licence officielle – le smoking du très british James Bond.

Il est bien sûr entouré de deux belles James Bond girls, une blonde et une rousse, au milieu d’une scène d’action qui rassemble plusieurs autres scènes avec des hélicoptères, des explosions, des cosmonautes et une voiturette téléguidée.

Autour de 007, une foule de très bons acteurs complètent la distribution étincelante comme des diamants : Charles Gray, Jill St. John, Lana Wood, Bruce Cabot, Jimmy Dean, Putter Smith, Bernard Lee, Desmond Llewelyn, Lois Maxwell.

L’inspecteur Harry

Réalisé par Don Siegel (1971). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Très belle affichette aux couleurs vives « seventies » (non signée) pour ce premier opus de la série des « Dirty Harry ». Ce film policier américain devenu classique après bien des polémiques est réalisé avec style par le mentor du « Grand Clint » 😉 qui partage l’affiche avec Andrew Robinson, John Vernon, Reni Santoni, John Mitchum et John Larch.

Bananas

Réalisé par Woody Allen (1971). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Affiche sympathique non signée de style bande-dessinée comique avec beaucoup de détails sur les nombreux personnages et scènes de ce film loufoque avec Woody Allen, Louise Lasser et Carlos Montalbán.

Duel

Réalisé par Steven Spielberg (1971). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Superbes affiche et affichette signées Michel Landi avec cette représentation du camion en monstre à la gueule ouverte et menaçante. Film avec Dennis Weaver, Jacqueline Scott, Alexander Lockwood, Eddie Firestone, Lou Frizzell et malheureusement le camion n’est pas crédité 😉