James Bond post 70's

Demain ne meurt jamais

J1448

Réalisé par Roger Spottiswoode (1997). Toutes les informations sur ce film sur imdb

A la fin des années 90s, ce modèle d’affiche pour cet opus Demain ne meurt jamais, qui reprend le visuel photographique de la One sheet américaine, met en valeur uniquement le personnage principal, James Bond.

En effet, parallèlement au sens de l’évolution de l’Histoire des affiches de cinéma, après plus de 35 ans de dessins pour la série 007, le montage photo prend définitivement le pas sur la méthode traditionnelle graphique dessinée et emporte le lot pour ce deuxième opus interprété par Pierce Brosnan sur les 4 au total campés par l’acteur irlandais.

Cet exemple montre la mise en avant du personnage principal, le flingue à la main et ancre de manière réaliste, la représentation sérieuse et grave d’un James Bond qui prend la mesure de son temps et adopte les attitudes nécessaires à la dureté de son époque. L’obturateur photo est repris en arrière plan comme symbole de reconnaissance de la série et permet de continuer l’héritage des premiers épisodes des années 60s.

Jonathan Pryce, Michelle Yeoh, Joe Don Baker, Vincent Schiavelli, Desmond Llewelyn, Teri Hatcher, Ricky Jay, Götz Otto, Judi Dench et Samantha Bond – aucun lien de famille connu avec le personnage central … fictif of course 😉 – accompagne le plus célèbre des agents secrets de sa Majesté, dans cette aventure mortelle du futur.

Tuer n’est pas jouer

1609

Réalisé par John Glen (1987). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Cette très belle affiche du célèbre agent secret international 007 n’est pas signée, comme pour ne pas laisser de traces sur le lieu du crime!

Timothy Dalton prend le relai de Roger Moore pour incarner le charismatique espion du MI6. Et il a bien raison … Quoi que …

La composition reprend le fameux obturateur d’appareil photo avec ses lames très reconnaissable ou peut-être la vue du canon d’un pistolet, qui nous sert d’œil aiguisé, juste à temps pour apercevoir James Bond tirer avec son Walter PPK emblématique dans notre direction … Ou pas tout à fait dans notre direction mais pour être exacte, dans celle de la superbe blonde qui nous tourne le dos au premier plan et qui, vêtue d’une robe blanche dont la coupe classe nous ravit et la transparence nous émeut, ne peut qu’attirer l’attention du chasseur en mission.

Attention quand même au flingue qu’elle porte derrière la cuisse, il entretient la délicate dualité qui se propose au personnage mythique de la série : s’éprendre mais veiller à ne pas se faire prendre !

Ce ne sont pas Maryam d’Abo, Jeroen Krabbé, Joe Don Baker, John Rhys-Davies, Art Malik, Andreas Wisniewski, John Rhys-Davies, Desmond Llewelyn, Robert Brown, Geoffrey Keen, Walter Gotell ou John Terry qui vont contredire cette règle de bonne conduite, qui s’applique à tous les protagonistes de ce jeu vital mais aussi mortel.

Dangereusement vôtre

1615

Réalisé par John Glen (1985). Toutes les informations sur ce film sur imdb

L’originalité de cette affiche non signée, est la place plus grande qui est donnée au personnage de May Day, interprété par la troublante Grâce Jones.

En effet, il est traditionnel dans les visuels d’affiches de la série James Bond, de placer l’agent secret britannique au centre de la composition et de l’entourer des personnages féminins comme attirés par son charme légendaire. Ici le choix a été fait de le positionner, certes en pleine action avec la Bond Girl Tanya Roberts dans la scène finale du pont légèrement au dessus du centre de l’affiche, mais surtout de décentrer son portrait de plein pied sur la gauche et de le représenter dos à dos, à taille quasi égale, avec l’ennemie implacable puis l’alliée de dernière minute May Day. Roger Moore porte son légendaire smoking nœud papillon noir, qui s’accorde avec la tenue sportive et plus que légère de la superbe Grace Jones, mannequin à la beauté marquante des années 80s.

La scène finale du pont, représentée dans l’unique cadre dans le cadre à droite, introduit le personnage diabolique de Max Zorin interprété par le toujours fantastique et convainquant Christopher Walken, dans son zeppelin QG de contrôle de la destruction de la Silicon Valley en Californie. On notera la superbe perspective du visuel, qui à l’aide d’un objectif imaginaire, donne une profondeur de champs infinie par le montant du haubans jusqu’au tapis du pont et synthétise en arrière plan, la ville à gauche et la montagne à droite, se jouant ainsi de toutes les règles élémentaires de la perspective.

Participent à cette aventure explosive Patrick Macnee, Patrick Bauchau, David Yip, Fiona Fullerton, Manning Redwood, Alison Doody, Willoughby Gray, Robert Brown, Desmond Llewelyn, Lois Maxwell et Walter Gotell.

Octopussy

J1555

Réalisé par John Glen (1983). Toutes les informations sur ce film sur imdb

La pieuvre fascine et attire sur cette affiche, le spécialiste des octopodidés au nombre de pattes réduit et à la chevelure longue et brune.

En effet James Bond dans cet épisode s’intéresse aussi bien aux subtiles œufs originaux de Fabergé qu’aux membres de la confrérie de l’Octopussy, représentés en force et en grâce dans ce visuel.

Autour d’un Roger Moore impassible malgré les huit bras de la délicieuse et envoûtante Maud Adams, la scène indienne de chasse à l’homme représentée en bas à gauche, introduit les deux méchants Louis Jourdan et son exécuteur des hautes œuvres Kabir Bedi, bien décidés à ne pas rentrer au palais avec un seul tigre comme trophée. Une autre prise plus britannique serait à leur goût mais comme d’habitude James Bond est bien armé et possède plusieurs cartes à jouer dont l’avion ultra-léger, en plus de son charme légendaire, qui troublera peut-être les combattantes en tenue légère de l’organisation céphalopode au nom anglais plein de dualité de sens.

Ces pérégrinations pas seulement indiennes vont permettre à Kristina Wayborn, Steven Berkoff, Desmond Llewelyn, Robert Brown, Lois Maxwell, Walter Gotell, Douglas Wilmer et Albert Moses de croiser la route d’un 007 so british, digne de la grande époque victorienne.

Jamais plus jamais

1178

Réalisé par Irvin Kershner (1983). Toutes les informations sur ce film sur imdb

L’affiche allemande de Jamais plus jamais est superbement dessinée par Casaro.

Comme la plupart des visuels internationaux de ce film, Sean Connery dans le rôle titre, pointe son pistolet vers le spectateur avec un sourire discret et ironique. Il est intéressant de comparer cette posture avec celle du visuel français et de constater que les deux affichistes n’ont pas dû utiliser la même photo de la séance de promotion, car Casaro a choisi celle où le flingue est porté plus bas et la tête plus redressée vers le haut. On retrouvera d’ailleurs les mêmes détails aussi représentés dans le visuel français comme les cheveux grisonnants ou les rides sur le visage de 007 toujours habillé dans son smoking noir avec nœud papillon : toujours la classe!

Autour de lui on retrouve Barbara Carrera en ténébreuse tentatrice – revêtue d’une tenue acceptée esthétiquement uniquement dans les 80’s – avec un gros flingue dans les mains. Kim Basinger est elle magnifiquement dessinée avec son maillot de bain tigre, devenu célèbre par la suite pour son côté félin.

On retrouve aussi par rapport au visuel français, le propulseur individuel, la moto en vol ainsi que quelques palmiers sur la droite mais Casaro remplace le type de la voiture par une plus anglaise à droite et ajoute des décors supplémentaires à gauche en arrière plan d’une scène de bataille, avec le sous-marin gadget déplacé par des câbles métalliques comme un téléphérique.

Les autres acteurs qui accompagnent James Bond dans cette dernière aventure de l’air Sean Connery sont Klaus Maria Brandauer, Max Von Sydow,  Bernie Casey, Alec McCowen, Edward Fox, Pamela Salem et Rowan Atkinson.

Jamais plus jamais

1227

Réalisé par Irvin Kershner (1983). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Michel Landi signe avec cette superbe affiche, son unique visuel de la série des James Bond with Sir Sean Connery himself !

Cet opus non officiel de la franchise a la particularité de faire endosser le rôle de 007 à celui par qui tout a commencé et qui restera pour beaucoup, l’acteur emblématique à camper ce personnage mythique.

On est donc en 1983 et on n’hésite pas à jouer sur le côté vieillissant de l’acteur – et donc du personnage dans le film – jusque dans sa représentation sur les affiches de cinéma, avec bien sûr toujours la classe internationale et le sourire ravageur – voir ironique et parodique – mais aussi avec les cheveux grisonnants ainsi que de nombreuses rides sur le visage en particulier au niveau du bord de ses yeux.

Le temps ne fait rien à l’affaire, quand on est James Bond, on l’est pour l’éternité même si c’est pas toujours facile ! Alors il faut ajouter deux magnifiques créatures que sont Kim Basinger et Barbara Carrera en tenue légère pour lui tenir compagnie ainsi qu’une troisième fille stylisée comme dans un rêve – la gloire du passé derrière lui ? – avec un flingue qui a l’air plus réel, et tout cela parce qu’il le vaut bien.

Et puis 007 n’est rien sans ses gadgets mécaniques que sont la voiture à Bond, la moto à Bond ou le propulseur individuel à Bond. Bref, lorsque l’on ajoute le yacht et les palmiers, on peut pressentir que l’action ne va pas se passer en Antarctique ! Heureusement pour le reste de la distribution car sinon il aurait fallu adapter les costumes de Klaus Maria Brandauer, Max Von Sydow, Bernie Casey, Alec McCowen, Edward Fox, Pamela Salem et Rowan Atkinson à ces latitudes moins accueillantes.

Jamais plus jamais

1174

Réalisé par Irvin Kershner (1983). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Comment dire une phrase absolue comme Jamais plus jamais dans un petit format d’affiche 40cm par 60cm ?

Il faut demander à Michel Landi qui choisit comme la tradition l’exige, une composition tournée autour du personnage central 007, interprété par Sean Connery, dont le nom est mis en avant dès la première ligne en haut, à la même taille que James Bond.

Le plus détendu des espions britanniques pointe son Walter PPK vers le spectateur un sourire aux lèvres – comme pour dire me revoilà pour une dernière fois – entouré des deux actrices majeures de cet opus, la blonde et délicieuse Kim Basinger à notre gauche et l’envoutante ténébreuse brune Barbara Carrera de l’autre côté.

Sont représentés aussi en bas quelques éléments habituels de la franchise : les palmiers qui avec les maillots de bain des damoiselles font penser au soleil et aux tropiques, le yacht gigantesque du grand méchant joué par Klaus Maria Brandauer, la petite voiture de marque française me semble-t-il mais costaude, une moto futuriste en plein vol et le propulseur individuel qui servira dans l’attaque finale du château.

Les acteurs du reste de la distribution endossent pour une unique fois, les seconds rôles dont les personnages classiques de la série : Max Von Sydow, Bernie Casey, Alec McCowen, Edward Fox, Pamela Salem et Rowan Atkinson.