Atlántida Films

Une raison pour vivre une raison pour mourir

1695

Réalisé par Tonino Valerii (1972). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Cette affichette dessinée par Jean Simon, est très certainement réalisée pour une ressortie du film qui arbore pour l’occasion un nouveau titre : La horde des salopards.

On retrouve les bobines de trois stars du film Telly Savalas, Bud Spencer et James Coburn dont le portrait, est une photo contrairement aux deux premiers qui sont dessinés. Un autre cliché vient se positionner sur la gauche de Bud Spencer en plein tir fournit avec une mitrailleuse, et représente une scène de bataille militaire autour de chariots arrêtés.

Le style de l’affichiste Jean Simon est très différent de celui utilisé par Casaro dans l’affiche originale. Même si la composition reprend des éléments communs comme la scène de la mitrailleuse et les trois portraits en haut, le ciel a dans cette affichette plus d’importance – représentation du soleil absente dans l’autre visuel – et modifie ainsi les couleurs dominantes en y ajoutant plus de chaleur avec des tons jaunes.

Ce qui demanderait une explication plus poussée c’est pourquoi ce film prend le nom de La horde des salopards en ou après 1972 – pour une ressortie – alors qu’un film de 1969 Django il bastardo porte déjà ce nom … mystère !

Georges Géret, Guy Mairesse et José Suarez complètent la distribution de ce Western spaghetti qui s’annonce musclé et radical.

Une raison pour vivre une raison pour mourir

1706

Réalisé par Tonino Valerii (1972). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Qui de mieux placé pour réaliser une affichette sur le thème du Western Spaghetti que Casaro?

En effet, le coup de crayon précis sur les détails des visages, les couleurs dans l’ambiance au rendu si réaliste et le mouvement insufflé dans les mimiques des acteurs ou bien dans dans la scène d’action de la mitrailleuse, concourent à faire prendre vie à cette composition magnifique du maître affichiste.

La mitrailleuse crache ses balles représentées par du feu qui sort de ses canons, sous les mains expertes d’un Bud Spencer – hirsute comme à son habitude – à la mine réjouie par son labeur meurtrier. Derrière cette scène représentée avec très peu de couleurs pour symboliser le mouvement, les trois visages des stars de la production sont dessinés en enfilade, avec tous les détails et les couleurs évoqués plus haut, pour mettre en valeur les acteurs Bud Spencer, James Coburn et Telly Savalas.

On peut noter au niveau des crédits, le titre dans le lettrage le plus grand en rouge et le pot pourri de caractères utilisés jusqu’aux mots « dans » et « et » qui sont écrits en typographie imitant la calligraphie à la plume. Georges Géret, Guy Mairesse et José Suarez complètent la distribution.

Les 4 desperados

1910

Réalisé par Julio Buchs (1969). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Cette superbe affiche signée par Jean Mascii, introduit au public les 4 terribles desperados qui vont certainement causer beaucoup de problèmes au vertueux Ernest Borgnine – c’est ce que nous vend l’accroche en tous cas 😉 -.

En effet, la construction graphique de cette affiche emprunte les codes traditionnels du Western spaghetti, dont le cadrage à l’américaine des 4 cowboys armés jusqu’aux dents avec des mines patibulaires, le plan serré sur le visage d’Ernest Borgnine et les polices des caractères du titre et de l’accroche peints en rouge sang.

On peut remarquer le jeu exécuté par l’affichiste sur les axes et les directions des regards des personnages et des flingues, qui se croisent ou s’évitent dans un quadrillage complexe et certainement codé socialement qui annoncent le duel mortel inévitable de fin de film, climax nécessaire obligatoire au genre.

La distribution internationale du film compte en plus de la vedette américaine, des noms soit locaux espagnoles et italiens, soit américanisés comme George Hilton, Annabella Incontrera, Alberto de Mendoza, Leo Anchóriz, Gustavo Rojo et Antonio Pica.