Polar

Le manoir du mystère

1804

Réalisé par Sidney Gilliat (1957). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Cette affichette non signée allie une photo ainsi que des zones peintes.

Le couple star Jack Hawkins et Arlene Dahl est représenté au plan médian sur un fond jaune uni déchiré au centre par une peinture d’immeuble en flammes.

Le titre en sur-impression au premier plan, est en rouge vif sur fond blanc et écrit avec un effet tremblant de pinceau, qui accentue la notion de mystère.  Dennis Price, Violet Farebrother, Bernard Miles, Ian Hunter, Malcolm Keen, Geoffrey Keen, Patrick Keen et Michael Goodliffe complètent la distribution de ce polar avec aussi le non-moins célèbre Christopher Lee.

Plus dure sera la chute

J1447

Réalisé par Mark Robson (1956). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Cette affichette signée par Constantin Belinsky – CB noté à droite au dessus du bandeau du titre – nous plonge dans une ruelle mal éclairée où se trament de sombres desseins à base d’armes à feu et de barres métalliques.

L’ambiance crapuleuse est posée par la présence peu engageante pour le personnage central, de 4 complets surmontés de chapeaux américains typiques des années 50’s qui se rapprochent dangereusement du centre de la rue éclairée par un lampadaire. La lutte sera acharnée et ne se jouera pas simplement à distance mais aussi au corps à corps. La lutte va être musclée et la castagne se prépare avec comme participants Humphrey Bogart, Rod Steiger, Jan Sterling, Mike Lane, Max Baer, Jersey Joe Walcott, Edward Andrews, Harold J. Stone, Carlos Montalbán et Nehemiah Persoff.

La cinquième victime

1738

Réalisé par Fritz Lang (1956). Toutes les informations sur ce film sur imdb

L’affichette originale de ce classique du polar, est constituée d’un montage photos non signé.

On retrouve dans ce visuel les informations certes essentielles épurées mais traditionnelles que sont le titre du film écrit à la peinture blanche sur fond rouge qui mentionne en prolongement le réalisateur, le format Superscope, le logo de la production RKO, et enfin les principaux acteurs dont Dana Andrews, Rhonda Fleming, George Sanders, Howard Duff, Thomas Mitchell, Vincent Price, Sally Forest, John Drew Barrymore – ici crédité par John Barrymore, Jr – , James Craig, Ida Lupino, Robert Warwick et Mae Marsh.

La cinquième victime

1737

Réalisé par Fritz Lang (1956). Toutes les informations sur ce film sur imdb

L’affiche angoissante à souhait de ce classique du polar des années 50’s n’est pas signée et pour cause, il faut noter que ce visuel est une ressortie qui n’a rien à voir avec le premier tirage.

La peinture de cette femme hurlant à la vision de cette main dans l’ombre au premier plan, insuffle une tension palpable de la scène et remplit le contrat nimbé de  mystère et de peur, entre le film et les spectateurs potentiels. Ce visuel épuré est agrémenté d’un duo de couleurs dominantes. Le vert sombre ajoute une certaine froideur végétale pleine d’humidité qui tapisse le fond de scène alors que le rouge vif du titre et des caractères du bas de l’affiche, évoque une thématique autour du sang, qui mène naturellement jusqu’au crime, élément fondateur du polar.

La particularité de cette affiche – ressortie imprimée par Richier Laugier – est de ne mentionner que le titre, le réalisateur et la distribution qui compte Dana Andrews, Rhonda Fleming, George Sanders, Howard Duff, Thomas Mitchell, Vincent Price, Sally Forest, John Drew Barrymore, James Craig, Ida Lupino, Robert Warwick et Mae Marsh. La production RKO et les autres mentions habituelles qui sont absentes de cette affiche, font de cette lithographie un mystère en lui-même sur le circuit d’exploitation de ce film en salle… un cinquième réseau peut-être 😉

Dangereuse enquête

J1430

Réalisé par Harold D. Schuster (1954). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Constantin Belinsky signe cette magnifique illustration  du thème du polar avec un grand nombre de symboles classiques du genre.

Tout d’abord, le couple au centre de la composition converse autour d’un sac rempli de billets de banque parfaitement dans le ton d’un dilemme policier. En arrière plan, un cercle forme un tunnel dont la lumière en son centre nous révèle un homme qui court de façon effrénée comme si quelque chose de terrifiant le poursuivait.

A gauche, un homme habillé d’un costard élégant et d’un chapeau, semble l’attendre physiquement à la sortie du tunnel, un pistolet en main braqué vers le fugitif. Le fond rouge vif parfait l’ambiance tendue de ce film-noir dont le titre en jaune sur bandeau noir en bas, suit la ligne courbe du tunnel.

La distribution qui donne vie à cette enquête visiblement brulante, compte dans ses rangs Barry Sullivan, Charles McGraw, Dorothy Malone, Don Haggerty, Mary Beth Hughes et Don Beddoe.

Brelan d’as

J1225

Réalisé par Henri Verneuil (1952). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Pour cette plongée dans l’ambiance noire et feutrée du polar des années 50’s, quoi de mieux que la peinture inspirée et précise, classieuse et envoûtante de Jacques Bonneaud pour cette affiche du film Brelan d’As!

La composition est très classique – comme le thème majeur de cinéma abordé – avec les trois visages des acteurs principaux qui sont chacun associés à une carte à jouer :

  • As de cœur pour Michel Simon sur fond rouge
  • As de trèfle pour Raymond Rouleau sur fond fuchsia
  • As de carreau pour John Van Dreelen sur fond bleu nuit

Chacun de ces acteurs incarne un personnage dans un sketch qui est décrit sur l’affiche, comme une explication inscrite sur des cartes de jeu. Suivent les noms du reste de la distribution qui comporte entre autre : Louis Blanche, André Chanu, André Dalibert, Christian Fourcade, Jérôme Goulven, Pierre Goutas, René Génin, Arlette Merry, Pierre Sergeol, Inge Lanogut, Jacqueline Porel, Maurice Teynac, Georges Tabet et Alexandre Rignault.

Bazooka pour un espion

1842

Réalisé par Mino Guerrini (1966). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Pour effectuer la transition entre le polar et le film d’espionnage avec le plus connu d’entre tous, l’affiche colorée, musclée mais non signée, de Bazooka pour un espion, remplie parfaitement cette mission délicate …

… comme une arme lourde.

On imagine l’acteur principal Rod Dana, crédité sous le nom de Robert Mark, armé de son gros engin à la main – et posé sur son épaule – prêt à faire feu dans la direction du spectateur, avec à ses trousses un hélicoptère dans le ciel – ça ne rappelle aucune scène d’une autre série de films anglais bien connue 😉 -.

Derrière lui est représentée dans un cadre flottant, une belle blonde – que l’on déduit être l’actrice vedette Alicia Brandet – en robe de soirée dos nu qui regarde derrière son épaule gauche comme surprise par quelque trouble-fête.

L’originalité de cette affiche vient de ses couleurs vives bleu, blanc et rouge – pour un film italo-espagnol c’est original 😉 – qui donnent un dynamisme et une ambiance tournée action qui vend particulièrement bien le thème supposé du film.

La distribution compte aussi entre autres José Bodalo, Monica Randall et John Stacy.

Un million de dollars pour 7 assassinats

1673

Réalisé par Umberto Lenzi (1966). Toutes les informations sur ce film sur imdb

L’affiche du film Un million de dollars pour 7 assassinats est signée par Constantin Belinsky et nous plonge au cœur d’une ambiance nocturne de braquage d’un coffre-fort rempli à ras bord de billets de banque.

La composition en spirale imaginée par le maître affichiste est astucieuse et donne du sens aux symboles représentés dans un tourbillon qui va évidemment faire tourner la tête des protagonistes.

Le tas de pognon à droite, attire en premier – comme souvent dans ce monde très cruel – l’attention du spectateur. Ensuite le regard pivote naturellement sur le personnage masculin à gauche avec le pistolet muni d’un silencieux qui fait feu vers la sinistra. Cette homme trop élégant pour être complétement honnête, est surmonté dans son dos au troisième plan, par une magnifique blonde en robe jaune et collier de perles blanches, qui pointe elle aussi son pistolet vers la droite. La mode semble être à la self-défense par balles ou bien à la discussion pacifiée par artillerie civilisée et apaisante.

Enfin, dans le fond sombre qui enveloppe tous ces éléments, se trouve un homme ganté en imperméable et chapeau caractéristiques de son passe temps, qui force à l’aide d’un tournevis un coffre-fort, sous la faible lumière de sa torche.

Ainsi, tous les éléments superbement représentés dans cette affiche participent à l’évocation d’une histoire de magot d’un million de dollars, qui va faire tourner tout un petit monde d’entrepreneurs bien sous tous rapports, interprétés entres autres par Roger Browne, José Greci, Carlo Hinterman et Erika Blanc.

Le deuxième souffle

J1262

Réalisé par Jean-Pierre Melville (1966). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Le modèle B de l’affiche du deuxième souffle est signée par Ferracci.

Ce visuel impressionnant s’articule autour d’une composition de deux photos qui définissent deux plans bien distincts.

Le premier plan est occupé par un plan large en noir et blanc de Lino Ventura et de son bras tendu. Il pointe dans ce mouvement ample et impressionnant, son pistolet de façon menaçante vers la gauche du spectateur.

Le second plan qui constitue le fond de l’affiche, est une photo colorée en bleu qui montre Lino à la moustache qui ouvre la bouche et crie en transmettant au spectateur une attitude de détresse voire de haine.

Le décor de ce polar noir est planté et va accueillir les personnages interprétés par Paul Meurisse, Raymond Pellegrin, Christine Fabréga, Paul Frankeur, Michel Constantin, Pierre Grasset et Pierre Zimmer.

Le deuxième souffle

J1261

Réalisé par Jean-Pierre Melville (1966). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Qui dit film noir à la française, dit Jean-Pierre Melville !
Qui dit affiche mythique de film noir à la française de Melville, dit le modèle A du deuxième souffle dessinée par Ferracci !

En effet ce très beau visuel noir et blanc centré sur l’immense portrait de Lino Ventura au centre de la composition, impose la représentation de l’immense star comme forte et définitive. Le regard grave et profond impressionne le visiteur dès le premier regard et insuffle l’ambiance propice à l’appropriation de l’histoire par le futur spectateur.

Le style pointilliste dessine les zones sombres par application d’un noir profond alors que les surfaces lumineuses ne sont pas colorées. Cet effet au contraste marqué, souligne les zones de tons moyens, qui figurent les détails et les contours du dessin.

Au premier plan en bas, quatre silhouettes d’hommes de dos sur la cime d’une colline, sont peints avec le même noir profond que le portrait, pour introduire les autres protagonistes de l’histoire interprétés entres autres par Paul Meurisse, Raymond Pellegrin, Christine Fabréga sans oublier Paul Frankeur, Michel Constantin, Pierre Grasset et Pierre Zimmer.

Trafics dans l’ombre

1607

Réalisé par Antoine d’Ormesson (1964). Toutes les informations sur ce film sur imdb

Le très beau et réaliste dessin de cette affiche signée par Jean Mascii, nous plonge dans l’univers d’un polar urbain rythmé par les poursuites armées dans un bâtiment industriel.

Au premier plan, les portraits d’Anne Doat et de Michel Auclair, donnent toute la gravité de la scène, notamment par les traits crispés des visages inquiets ainsi que le pistolet dégainé du héros prêt à l’emploi.

Le décor qui les entoure, ajoute de la profondeur au dessin par le jeu de perspectives des étages et des escaliers de ce building aux grandes proportions, théâtre de fusillades entre hommes en costumes et policiers en uniforme.

Les couleurs fortes à propos utilisées dans ce visuel, permettent d’évoquer une ambiance sur le fil, entre lumière jaune et noirs sombres inquiétants, dans laquelle vont évoluer Claudine Coster, Gisèle Grimm, Gabriel Jabbour et Alain Quercy.

Constance aux enfers

J1392

Réalisé par François Villiers (1964). Toutes les informations sur ce film sur imdb

L’affichette de cette coproduction franco-espagnole Constance aux enfers est signée par B. Bouy.

Ce montage de photos en noir et blanc des trois acteurs principaux, se fond dans un décor bleu profond peint par l’affichiste, pour mettre en valeur les protagonistes de cette histoire.

Michèle Morgan est bien sûr la vedette de la distribution et illumine de son regard perçant et limpide la composition, en attirant le regard du spectateur. La position de Simón Andreu lové tendrement dans ses bras, met en avant la star du film et évoque une romance entre les deux personnages à découvrir tout au long du scénario.

Enfin, Dany Saval apparait en bas à gauche et fixe le spectateur droit dans les yeux. Elle semble passer la tête dans l’encadrement d’une porte – qui correspond aussi au cadre de l’affichette – qu’elle pousse de sa main. Son attitude interruptive dans la scène, donne l’indication au spectateur que son personnage va probablement venir semer le trouble dans les affaires d’autrui – peut-être même du couple- et ainsi compliquer les plans des autres personnages interprétés par Maria Pacôme, George Rigaud – orthographié Georges avec un s – et Claude Rich.

La mention originale ne racontez pas la fin à vos amis placée en bas et accompagnée d’un élégant et naïf visuel d’index qui couvre une bouche afin de se taire. Silence on tourne !